ISÉ (Information, Sensibilisation, Éducation)

Favoriser le changement

Le développement du recyclage des matières résiduelles nécessite beaucoup d’efforts d’information, de sensibilisation et d’éducation (ISÉ). Plusieurs municipalités et organismes publics et privés sont déjà très actifs, de façon à favoriser l’acceptation sociale du recyclage et à inciter les citoyens à adopter des comportements responsables. Il suffit de mentionner ici les nombreuses activités et campagnes d’information sur la collecte des matières recyclables dans les bacs bleus, verts ou bruns, l’herbicyclage, le compostage domestique, la réduction des déchets et du gaspillage alimentaire, etc.

L’épandage, le parent pauvre de l’ISÉ

Cependant, en ce qui concerne l’épandage de centaines de milliers de tonnes de matières organiques (boues, composts, digestats, feuilles mortes, etc.), les municipalités et les industries qui produisent ces MRF négligent souvent les activités d’ISÉ ou laissent les firmes d’épandage s’en charger complètement. De leur côté, les firmes d’épandage disposent souvent de peu de moyens, car les devis d’appels d’offres auxquels elles répondent ne couvrent souvent que le strict minimum.

Faute de ressources pour l’ISÉ, on risque de causer plus de problèmes d’acceptation sociale à court et long terme, à l’échelle régionale et locale, ce qui pourrait affecter la pérennité de ces filières d’épandage, avec des incidences économiques.

Dans ce contexte, les organismes publics et privés doivent prévoir des ressources pour l’ISÉ dans les devis d’appels d’offres et dans le cours de leurs propres activités. En effet, même si l’épandage se fait généralement par un tiers, la municipalité ou l’industrie qui produit la MRF conserve une responsabilité morale aux yeux du public et des personnes qui vivent dans le voisinage des sites d’épandage, en milieu rural. Afin de bien planifier les activités d’information, de sensibilisation et d’éducation, et de les mettre en œuvre, il est important de consulter des spécialistes en communication travaillant dans le domaine des MRF.

Un expert qui a fait ses preuves

Au cours des 30 dernières années, Marc Hébert a œuvré à la promotion du recyclage des matières organiques et autres MRF. Il a présenté des dizaines de conférences au Québec, au Canada et aux États-Unis à des publics très divers : producteurs agricoles, élus, décideurs, employés municipaux, chercheurs, scientifiques, ingénieurs, agronomes et personnes du grand public. Il a donné des entrevues dans les médias et publié des dizaines d’articles techniques et scientifiques, ce qui lui a valu à deux reprises la Distinction Fernand Seguin attribuée par Réseau Environnement. Pendant plus de 15 ans, il a édité le MRF pot-pourri, une infolettre qui comptait plus de 600 abonnés.

Je tenais à vous féliciter personnellement pour le prix Distinction Fernand-Seguin que vous avez obtenu […] C’est une grand fierté de constater qu’il y a des personnes telles que vous qui ont à cœur tout ce qui touche l’environnement.

Lise Lallemand, sous-ministre adjointe,
MDDELCC, 31 mars 2015

«La rencontre, organisée par le Club agroenvironnemental du bassin Laguerre a réuni une bonne foule pour entendre le spécialiste du ministère de l’Environnement. Ce dernier a précisé qu’il savait que des gens dans l’assemblée étaient en défaveur d’une telle pratique. M. Hébert avait donc le mandat d’informer.»

Une boue Taboue. Le Journal St-François
6 avril 2016

Projet récent

Cas 1. Une entreprise en environnement demande à M. Hébert de sensibiliser les exploitations agricoles quant aux dangers de recevoir illégalement des sols contaminés. Après avoir convenu d’un plan d’action avec l’équipe du client, on a pu rejoindre la grande majorité des agriculteurs du Québec au moyen d’articles dans La Terre de chez nous. Les spécialistes des sols et les agronomes ont, pour leur part, été rejoints lors d’une conférence et par diverses publications sur Internet et dans les médias sociaux. Les objectifs initiaux de communication ont été atteints et même dépassés.

Scroll to Top