Validation et bonification d’appels d’offres municipaux

A-t-on oublié quelque chose ?

L’épandage des matières organiques et autres MRF fait l’objet d’un encadrement normatif et administratif complexe par le MDDELCC, ainsi que de normes fédérales. Il est facile pour une municipalité, une industrie ou une entreprise de perdre de vue des détails qui peuvent sembler insignifiants au départ. C’est notamment le cas lorsque vient le temps de rédiger un appel d’offres pour la valorisation des biosolides, digestats, composts et autres MRF.

Le recours à un expert indépendant permettra de valider rapidement le devis d’appel d’offres en ce qui concerne la conformité réglementaire. Les conseils permettront aussi d’optimiser le devis quant aux aspects techniques, de façon à réduire les risques de malentendus, de problèmes ou de litiges qui pourraient en découler à la suite de l’adjudication d’un contrat.

Des conseils rapides et efficaces

En seulement quelques heures d’analyse d’un devis d’appel d’offres d’une municipalité pour l’épandage de MRF, M. Hébert sera en mesure d’identifier les aspects problématiques sur le plan de la conformité réglementaire et de proposer des correctifs. On pourra aussi suggérer d’autres améliorations au devis en ce qui concerne les aspects techniques. Au moment de l’analyse des offres reçues des fournisseurs, nous pourrons également conseiller la municipalité, en raison de l’indépendance de nos services.

Marc Hébert, expert-conseil, connaît très bien le cadre complexe (et sécuritaire) de l’épandage des MRF du MDDELCC, car il a été l’un des principaux artisans de son développement au cours des dernières décennies. Il connaît aussi très bien les aspects techniques, agronomiques et environnementaux de la valorisation des MRF.

Projets récents

Cas 1. Une MRC qui veut réduire les coûts de valorisation des feuilles mortes a demandé conseil à M. Hébert. Les échanges ont permis à la MRC de modifier ses consignes aux municipalités pour les appels d’offres, afin de prioriser des options moins coûteuses, mais qui respectent les guides en vigueur et les objectifs du PGMR. Cette expertise n’a requis que 5 heures de services-conseils.

Cas 2. À la suite de la publication d’un appel d’offres public pour le recyclage de boues d’épuration, M. Hébert a conseillé l’équipe environnement d’une municipalité sur des questions complexes. Les conseils ont permis, en quelques jours, de publier un addenda à l’appel d’offres afin d’éviter que la municipalité ne se retrouve dans une impasse. Cette expertise a nécessité 7 heures de services-conseils.

Cas 3. Une municipalité veut acheter un équipement coûteux pour son usine de biométhanisation. Les ingénieurs ont demandé conseil à M. Hébert. À partir de l’ébauche d’un avis d’appel d’intérêt, nous avons pu suggérer plusieurs modifications aux spécifications indiquées, permettant de sélectionner un équipement produisant un digestat conforme aux exigences québécoises. L’avis d’appel d’intérêt a été lancé quelques semaines plus tard. Il a fallu 15 heures de services-conseils pour fournir cette expertise.

Scroll to Top