MRF Actualités MC

Le nouveau bulletin de nouvelles sur les matières résiduelles fertilisantes

Par Marc Hébert, M.Sc., agr.
Édition du 10 juillet 2018, vol. 1, no 1

En manchettes

• Un nouveau bulletin de nouvelles ;
• La petite histoire du recyclage des biosolides municipaux au Québec ;
• Nouvelle cendre de bois certifiée ;
• Des sols contaminés écoulés dans des fermes ;
• Saviez-vous que … ?
• À votre agenda !

Dans ces bulletins, il y aura une veille médiatique, des notes éditoriales informatives et personnalisées, un agenda, etc. Vos commentaires seront bienvenus. Vous pouvez aussi suggérer la couverture de certaines publications, qui seront toutefois sélectionnées en fonction de la politique éditoriale.

Cette infolettre est distribuée d’abord à des intervenants qui sont des clients ou des collaborateurs. L’abonnement est possible pour d’autres intervenants, il s’agit d’en faire la demande par courriel. Ce sera la même chose pour le désabonnement.

Précisons finalement que le MRF Actualités MC pourra être déposé sur un site internet privé ou public, mais une autorisation préalable sera requise (par courriel).

Note :
La photo à gauche montre un épandage de biosolides municipaux sur une ferme à Saguenay (crédit photo : Guy Gagnon, Bio-recyc).

1- Un nouveau bulletin de nouvelles en format électronique 

Voici la toute première édition du nouveau bulletin de nouvelles sur les matières résiduelles fertilisantes (MRF). Le MRF Actualités MC poursuivra les mêmes objectifs que l’infolettre bien connue que j’ai éditée pendant plus de quinze ans, alors que j’étais dans la fonction publique.

Ce bulletin vise donc à favoriser le développement de la filière du recyclage des MRF par la diffusion rapide d’informations utiles, stratégiques ou inspirantes, dans un format résolument simple.la période 1967-2004. La partie 2 est prévue pour septembre 2018.

⇒ Merci à Caroline Sanchez-Valero de RéseauEnvironnement et à Michel Cournoyer, expert sur les MRF (retraité), pour leurs conseils.

3- Nouvelle cendre de bois certifiée BNQ et Ecocert https://www.bnq.qc.ca/fr/clients-certifies.html?nomentreprise=&noCertificat=3249#recherche_rcc_input
Depuis le 7 décembre dernier, le « Phénix – Cendres de biomasse » produit par BORALEX ÉNERGIE S.E.C. à Senneterre (Abitibi) est certifié par le Bureau de normalisation du Québec. En tant que MRF certifiée BNQ, son épandage en agriculture et en sylviculture ne requiert pas de certificat d’autorisation ni d’avis de projet, selon le Guide sur le recyclage des MRF (MDDELCC, 2015). 

Ces cendres sont également certifiées biologiques (Ecocert). Il s’agit de la seule MRF ayant la double certification. Félicitations à Boralex et à son partenaire de commercialisation, Viridis Environnement, pour cette réalisation!

Notes :
⇒ La cendre de bois est particulièrement intéressante en production biologique de légumineuses. 
⇒ Certaines cendres noirâtres, comme celles de Boralex, sont également une source de biocharbon naturel. Ø Voir l’article « Recyclage agricole des cendres de bois au Québec – État de la situation, impacts et bonnes pratiques agroenvironnementales ». http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/matieres/articles/H%C3%A9bert.
2008.agrosolutions.pdf

5- Saviez-vous que … ?
√ Le recyclage agricole des MRF se pratique chez quelque 1 700 entreprises agricoles au Québec; 
√ Environ 2 000 Plans agroenvironnementaux de recyclage (PAER) sont préparés chaque année; 
√ Ces PAER sont réalisés par une soixantaine d’agronomes œuvrant au sein d’une trentaine de firmes d’épandage; 
√ L’épandage des cendres de bois et de MRF organiques en agriculture permet de réduire l’empreinte GES.

6- À votre agenda ! 
⇒ 9-12 septembre 2018. The Biosolids Cycle. The 9th Canadian Biosolids & Residuals Conference. Halifax. Il s’agit du premier congrès réunissant les intervenants du Canada et de la Nouvelle-Angleterre (NEBRA). Marc Hébert, expert-conseil et formateur, sera conférencier invité (keynote speaker). https://www.cbrc2018.org/
⇒ 19-21 septembre 2018. 28e Conférence nationale annuelle sur le recyclage des matières organiques. Conseil Canadien du Compost. Montréal. http://www.compost.org/pdf/2018_CCC_Programme_prelin_franc
ais.pdf
 
⇒ 7-8 novembre 2018. Colloque sur la gestion des matières résiduelles 2018. Réseau Environnement et collaborateurs. SaintHyacinthe. http://www.reseau-environnement.com/event/colloque-sur-la-gestion-des-matieres-residuelles-2018/

Bonne saison estivale !
Marc Hébert, M.Sc., agr.
Expert-conseil et formateur

2- Petite histoire du recyclage des biosolides municipaux au Québec – Partie 1 : de 1967 à 2004

Marc Hébert, Vecteur Environnement, juin 2018, pp 24-27 En ligne sur le site de NEBRA https://static1.squarespace.com/static/54806478e4b0dc44e1698e88/t/5b43ec2f352f5316537fb349/153 1178034670/Vecteur_juin+2018_Hebert-histoiredesboues-partie1.pdf

« En 67 tout était beau… » Enfin, presque ! Montréal avait certes connu son heure de gloire avec l’Expo 67, mais le Saint-Laurent et ses tributaires étaient en piteux état. Tout le monde savait que la cuvette de toilette débouchait sur la rivière du coin. On appelait cela les « eaux usées », un euphémisme. On ne parlait pas encore des boues d’épuration, parce qu’il y en avait très peu. Notre histoire commence donc ici. Où étiez-vous en 67 ? […] ».

Notes :
⇒ Il s’agit d’une chronique vulgarisée sur l’évolution du recyclage des boues d’épuration au Québec. La partie 1 traite de la période 1967-2004. La partie 2 est prévue pour septembre 2018.
⇒ Merci à Caroline Sanchez-Valero de RéseauEnvironnement et à Michel Cournoyer, expert sur les MRF (retraité), pour leurs conseils.

4- Des sols contaminés écoulés dans des fermes
Thierry Larivière, TCN, 21 juin 2018 https://www.laterre.ca/actualites/environnement/sols-contamines-ecoules-fermes

« La Sûreté du Québec (SQ) met les agriculteurs en garde. Un réseau peu scrupuleux écoule des sols contaminés à l’arsenic, au plomb et aux hydrocarbures, sans respecter la réglementation environnementale […] Selon le spécialiste en environnement Marc Hébert, les hydrocarbures peuvent être toxiques pour les organismes du sol et éventuellement pour les plantes. Ce dernier rappelle que les travaux de remblai doivent être faits sous la supervision de la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ), qui a d’ailleurs produit un guide de bonnes pratiques sur le sujet des remblais. « La règle est simple : c’est de s’assurer d’avoir la recommandation d’un agronome », ajoute Marc Hébert, qui précise que l’embauche d’un agronome permet un « transfert de responsabilité » vers ce professionnel qui dispose d’assurances. L’Ordre des agronomes prépare d’ailleurs une grille d’évaluation pour mieux baliser le travail de ses membres sur la question des remblais. »

Notes :
⇒ Précisons que l’effet phytotoxique potentiel est toujours lié au type de contaminant et à la dose. Au-delà d’une certaine teneur, un contaminant devient un polluant au sens légal et au sens écotoxicologique.
⇒ Voir également l’article paru dans La Terre de chez nous du 4 juillet 2018 : « Des trafiquants de sols contaminés prennent la clé des champs ». Cet article de Thierry Larivière, disponible dans l’édition intégrale de la TCN (payante), précise que plusieurs dizaines de fermes seraient touchées. 
⇒ Voir également un résumé de la conférence présentée au congrès annuel de l’AQSSS par Marc Hébert, expert-conseil et formateur. En ligne sur le site d’Englobe portant sur les sols contaminés http://www.englobe-sol.com/fr/actualites/quand-les-sols-contamines-prennent-la-cle-des-champs-etatde-la-situation-et-mesures-preventives

Scroll to Top